fbpx

Alexandre Jolivet – Dans l’attente du titre.

Alexandre Jolivet est un athlète qu’on ne présente plus, il prouve de jour en jour que les masters peuvent représenter un très haut niveau de sportivité ! Vice-champion de la catégorie 35-39 en 2018 et cumulant 3 participations aux CrossFit Games, Alexandre est l’incarnation du très haut niveau du CrossFit mondial. Malgré un agenda très chargé et une préparation pour la qualification des CrossFit Games, il a pris le temps de répondre à nos questions. Immersion dans la vie d’un grand !

Peux-tu détailler ton passif qu’il soit sportif et/ou professionnel (avant la pratique du CrossFit)?

Oui bien sûr. Au niveau professionnel j’ai été militaire pendant 20 ans dont une grosse partie dans les chasseurs Alpins. J’étais sous-officier  au sein de l’armée de terre, ma fonction était moniteur de sport.

J’ai quitté l’armée il y a 3 ans à l’âge de 37 ans.

Coté sportif, j’ai pratiqué le football (niveau National civil et équipe de France militaire au bataillon de Joinville), j’ai joué au Rugby, j’ai fait partie du collectif Pro pendant une saison dans l’équipe d’Albi (Pro D2).

J’ai finalement été en équipe de France de Bobsleigh civile pendant 7 années, en participant à plusieurs compétitions internationales un peu partout dans le monde.

A quelle fréquence pratiquais tu le sport avant ta découverte du CrossFit (volume d’heures par mois) ?

Avant le CrossFit, je m’entraînais déjà en biquotidien, 1h30 le matin et pareil l’après-midi. Mon statut de sportif de haut niveau au sein de l’armée me permettait ces entraînements indispensables au bob.

Alexandre Jolivet – Crédit: Instagram @jolivet.alexandre

En terme de volume horaire j’étais à peu près à 16h/semaine hors saisons et un peu plus en hiver.

A-t-il eu un impact, positif ou négatif, sur ton niveau de fitness actuel ?

Mon niveau de fitness est beaucoup plus complet depuis que je pratique le CrossFit. En bobsleigh il faut être explosif et fort sur des temps très courts, donc pas d’endurance du tout, pas de gym, longues courses, ergo ou autre…. C’est une discipline de spécialiste, je n’étais pas complet.

Depuis combien de temps fais-tu du CrossFit et à quel rythme (volume d’heure par mois) ?

Je pratique le CrossFit depuis 2012, j’ai tout de suite fait environ 2 training/jours, mais aujourd’hui cela varie en fonction des échéances et du moment de la saison.

Je rajoute parfois une session supplémentaire. Cela peut donner 2h le matin puis 1h15 milieu d’après-midi et de nouveau une session en début de soirée.

Les Masters peuvent avoir un rythme de vie différent des -35ans, avec des familles et des carrières professionnelles à gérer. Il faut donc trouver un bon équilibre. Comment est-ce qu’on arrive jongler avec ces contraintes et s’il y en a en combien de temps peut-on trouver le juste milieu entre vie pro et sportivité ?

J’ai la chance de ne pas avoir à jongler avec des contraintes professionnelles à côté. Depuis 2017 je suis retraité de l’armée. Je remercie aujourd’hui mes sponsors qui m’aident à aller au bout de mes objectifs. Ma femme a son travail de son côté, on a notre équilibre de vie mais les choses vont probablement changer très bientôt car on attend une petite merveille pour cet été.

Quelle image donne-t-on à son entourage quand on fait du CrossFit et que l’on est master ? Est-ce une image de sportif de « l’extrême » ou plutôt un model de détermination qui tire vers le haut une génération ?

Je ne sais pas trop quoi répondre à cette question. Je m’entraîne désormais essentiellement dans mes home-Gym successifs. Je ne sais pas vraiment ce que pensent les gens mais si cela tire vers le haut d’autres personnes et sert de motivation, alors j’en suis très content. Etre master n’est pas toujours simple car le corps ne vieillit pas toujours comme on le souhaiterait. 

Alexandre Jolivet – Crédit: Instagram @jolivet.alexandre

Est-ce qu’un master influence plus facilement sa génération à s’inscrire dans une salle de CrossFit ?

Je ne suis pas dans une Box de CrossFit, je n’entraine chez moi, alors je préfère être honnête et répondre que je ne sais pas.

Tu suis une programmation particulière ou tu as un accompagnement adapté ?

Je travaille étroitement depuis maintenant 5 ans avec Lacee Kovacs (ancien athlète élite des CrossFit Games)

Peux-tu détailler ton palmarès ou tes « succès » dans cette discipline ?

Depuis 2012 pas mal d’eau a coulé sous les ponts et de compétitions aussi.(rire)

On va dire que j’ai participé à plusieurs reprises à de belles compétitions internationales depuis ces 8 dernières années, comme les French Throwdown, les Regionals (Europe et Américains), les Wodapalooza et les CrossFit Games.

Vis tu aujourd’hui de ce sport ?

Oui, j’ai la chance d’avoir des partenaires qui me suivent depuis plusieurs années maintenant.

Est-ce que tu as déjà été victime de blessure ? Si oui de quel type et de quelle durée ?

Oui bien sûr, notamment à l’épaule suite à une grosse chute en bobsleigh, une blessure que je garderai probablement à vie autant physiquement que physiologiquement. Sinon des micro-déchirures ou contractures, tendinites, on va dire le lot quotidien d’un athlète….

Est-ce que l’on gère les blessures de la même manière en étant master ? Et cela a-t-il un impact dans la préparation ou à l’entrainement ?

Volume de renforcement (par exemple). Je mets un gros point d’honneur à avoir une bonne récupération. Lorsque je ressens une alerte comme une petite douleur anormale, je fais attention. Je mets des choses en place pour que cela ne dure pas et que je puisse continuer normalement l’entrainement le plus vite possible. C’est pour moi une des grosses difficultés auxquelles doit faire face un master. La récupération se fait vraiment de moins en moins bien, c’est flagrant. Une bonne hygiène de vie est indispensable. 

Alexandre Jolivet – Crédit: Instagram @jolivet.alexandre

Qu’est-ce qui te motive dans ce sport et t’amène à faire de la compétition ?

Depuis toujours, j’aime me mesurer à moi même et aux autres tout simplement. J’aime me fixer des objectifs et essayer de tout mettre en oeuvre pour les atteindre.

La France est la 4ème nation européenne et la 8ème nation mondiale master au Open 2020* avec une progression du nombre d’athlètes français dans le top 2020 de plus en plus importante, comment expliques-tu ce bon classement?

Ha oui? Et bien c’est super! Le CrossFit est arrivé il y a 8 ans en France. Probablement que les Masters ayant découvert le CrossFit à ce moment là ou un peu plus tard, ont pris le temps nécessaire pour bien progresser.

Avec toutes les structures naissantes leurs apportant de quoi bien se préparer cela fait qu’aujourd’hui certains sont au top. D’autres arrivent et arriveront derrière sans tarder.

Interview réalisée avant le démarrage des Age Group Online Qualifier

Question sur les AGOQ (Age Group Online Qualifier)

Si tu participes au Age Group Online Qualifier comment prépares-tu cette période particulière ?

Après les CrossFit Games Open il ne reste que 16 semaines à peu près pour se préparer pour cette échéance. Je prépare mes cycles d’entrainement en fonction c’est à dire que je fais 3 cycles de 4 semaines en travaillant sur chaque cycle une filière différente tout en respectant les socles de base. 

Dans les 16 semaines j’ai 4 semaines qui sont des semaines de deload (une à la fin de chaque cycles)

L’idée est de garder le maximum de bénéfices de chaque cycle pendant cette préparation.

Quels sont tes objectifs sur cette compétition en ligne ?

Donner le meilleur de moi même à chaque instant et voir où cela me mènera.

Depuis cette interview Alexandre Jolivet s’est classé 1er de sa nouvelle catégorie d’age (40-44) malgré deux pénalités sur la revue des vidéos. Malheureusement l’annonce de l’annulation des catégories Masters des CrossFit Games 2020 ne permettra pas de voir le sacre du français cette année. On lui souhaite bon courage dans la poursuite de son rêve: être le premier français à remporter les CrossFit Games. En espérant que cela soit pour 2021 !

Retrouvez toute l’actualité des CrossFit Games sur Burpees Channel rubrique News